Itinéraire d’artiste : Abdelkader Benchamma

par | 21 Oct 2015 | Communication Interne, Itinéraire d'artiste

Les simulacres d’encre et de papier d’Abdelkader Benchamma

Random
Encre sur papier
2013
Courtesy de l’artiste

En cette fin d’année 2015, Art [ ] Collector1 a réinvesti le Studio du Patio Opéra, au 5 rue Meyerbeer, mettant en scène le spectacle intriguant des paysages de papier d’Abdelkader Benchamma, 8ème lauréat d’Art [ ] Collector, lors de l’exposition Simulacre, du 21 septembre au 03 octobre.

Propulsé une nouvelle fois sur le devant de la scène artistique après avoir reçu le 5ème Prix Drawing Now en 2015, ce dessinateur à la mine aussi plurielle que ses terrains de jeux graphiques a également fait partie des artistes séléctionnés lors de la 8ème édition du « Prix Meurice pour l’art contemporain 2015/2016 ». Présent sur la scène internationale à travers les nombreuses galeries qui le représentent, de Dubaï à Barcelone en passant par Milan, il est actuellement invité par le Drawing Center de New-York qui inaugure son work in progress de dessins muraux intitulé The Wall Drawing commission. Il est représenté en France par la Galerie Chantiers Boîte Noire à Montpellier et la Galerie du Jour agnès b à Paris.

Né à Mazamet, dans le sud de la France, en 1975 et diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier puis de celle de Paris en 2003, Abdelkader a très tôt choisi de destiner une grande partie de son activité artistique à la pratique du dessin, médium qui, à l’occasion de cette exposition, a de nouveau révélé au public les mille métamorphoses dont il peut être l’orchestre. Déterminé, courbé, haché, vibrant, interrompu dans son élan, le trait de Rötring® d’Abdelkader Benchamma est invariablement léger, mais d’une légèreté qui enforcit tout ce qu’il contourne. L’âme d’encre de ses feutres s’infiltre sous la surface granuleuse d’un territoire de possibles, blanc de papier. On serait presque tenté de se laisser guider, les yeux fermés, dans ses paysages fantasmés, parachuté dans le vague de ses horizons désertés. Désertés mais pas déserts, car les décors de ses sites fictifs sont peuplés d’objets à la marche engourdie, combinaison d’un mobilier imaginaire et de fragments de perception que, par un trait fédérateur, Abdelkader amoncèle en une architecture tantôt en chantier, tantôt en ruine.

Il se transforme en un virtuose ingénieur scénique quand, de sa preste plume, il trace le plein des néants et contourne les vides de ses abstractions formelles. Si c’est dans le genre du paysage qu’il tire l’inspiration de ses dessins, ceux-ci déjouent pourtant les lois formelles du paysage tel qu’appréhendé par les artistes « classiques » que le dessinateur affectionne. Sont-ils encore des paysages – sinon par le cadre, ultime horizon, qu’ils prescrivent à notre regard – ou bien des décors illusoires et artificieux, des simulacres ?

Quartz télépathique
Encre sur papier imprimé
2014
Galerie Federico Luger
Milan

La série Le Rayon bleu réalisée en 2015 et dont certaines pièces -toutes uniques- étaient exposées sur les cimaises du Studio lors de l’événement, est révélatrice de l’éclectisme des références visuelles accumulées par Abdelkader Benchamma, mais également de son agilité à les réinterpréter avec humour, poésie et un incontestable sens de la parodie. A l’origine de ce travail, une découverte : celle d’un corpus de reproductions de gravures de Gustave Doré datant du milieu du XIXème siècle. Il a fallu que le temps passe sur ses souvenirs d’une autre époque pour qu’Abdelkader passe à l’acte, faisant germer ses propres traits sur les boutures de ceux du graveur, confondant à notre premier regard ceux de la première et de la deuxième saison. La mascarade binaire du noir et du blanc fait surgir du théâtre autrefois gravé une panoplie de nouveaux décors, traversés par le ballet de ses créatures qui n’ont plus d’humanité que celle de leurs traits. Le dessinateur fait montre d’une virtuosité technique étonnante, assumant l’héritage des précurseurs de la ligne sans reculer devant aucune audace graphique. Le résultat est un poème, spectaculaire et silencieux.

Représentation de matière sombre autour d’un point lumineux
Encre noire sur papier
2011
Collection Philippe Piguet

Le Rayon bleu – Les anges
Encre sur gravure imprimée
2013
Galerie Isabelle Van Den Eynde
Dubaï

En dialogue avec cette série de petits formats (20x15cm), des dessins de toutes tailles – dont un wall-drawing réalisé expressement pour cette exposition – cotoyaient une autre série d’unicums réalisée en 2014 et nommée Rorschach in Marble, représentant sur grand format (300x140cm) des variations d’études de coupes de marbre. C’est lors d’une visite de la basilique Sainte-Sophie à Istanbul – dont les parements de marbres aux jaspures symétriques, découpés selon une technique propre aux architectes byzantins du VIème siècle, ont fasciné le dessinateur – que celui-ci a nourri l’idée d’en reproduire par le dessin le tour de force technique. Muni dans chaque main d’un feutre Rötring®, il trace dans la limite de l’envergure de ses bras, tel un homme de Vitruve, le contour et les veines de ce qu’il transforme en tranches minérales. De taille (sur)humaine et d’une imparfaite symétrie, elles sont des abstractions sur lesquelles nous projetons, par le phénomène de la paréidolie, mille et une formes familières comme celles évoquées par les célèbres « taches d’encre » du test de Rorschach.

Cette exposition proposait une mise en perspective de l’oeuvre des cinq dernières années de la production d’Abdelkader Benchamma. Un ingénieur du trait qui n’a pas fini de surprendre les spectateurs de ses paysages de théâtre dont les figurants sont les ombres floues d’une humanité absente, et les accessoires, des vestiges d’une nature qui jadis fut accueillante.

Paréidolie
Feutres et marqueurs noirs sur papier
2014
Courtesy de l’artiste

Une exposition en appelle une autre !

Nous vous attendons nombreux au Studio du Patio Opéra, lors de l’exposition du second lauréat d’Art [ ] Collector 2015,
le peintre Olivier Masmonteil, du 16 au 28 novembre 2015.

Informations

Art [ ] Collector : Olivier Masmonteil

Du 16 au 28 novembre 2015

Studio du Patio Opéra
5, rue Meyerbeer 75009 Paris
Métro: Opera / Chaussée d’Antin – La Fayette / Richelieu-Drouot

Oriane Girard

Oriane Girard

Reporter Artilinki

Etudiante en Histoire de l’art et Archéologie à l’Ecole du Louvre, à Paris, je suis une exploratrice en herbe des nouveaux territoires que l’art contemporain habite. Sensible aux témoignages artistiques d’hier et d’aujourd’hui, mon ambition est de partager ce goût et de promouvoir le travail d’artistes émergents sur les nouvelles scènes d’expositions, réelles et virtuelles.
Devenir reporter Artilinki a été l’occasion pour moi de découvrir un espace d’expression collaboratif ouvert sur le monde, en faveur de la valorisation du patrimoine culturel international. Au-delà de la rédaction d’articles sur l’actualité artistique, je poursuis cette volonté de promotion de la jeune création sur les terrains du réel, celui du Salon annuel de Dessin Contemporain DDESSIN PARIS au sein duquel, en tant que coordinatrice artistique, je communique et met en valeur la production graphique de dessinateurs émergents, présentés ou non par leur galerie. Par ailleurs, une étroite collaboration depuis maintenant 2013 avec un couple de collectionneurs et mécènes de l’art contemporain, Evelyne et Jacques Deret, fondateurs de l’initiative privée Art [ ] Collector m’a amenée à créer la série Itinéraire d’artiste qui se veut le témoin rétrospectif d’expositions d’artistes français, créateurs d’un nouvel air.


  1. Lancé en 2011, Art [ ] Collector propose un concept inédit de promotion des artistes français grâce à leurs collectionneurs. Portée par un couple de collectionneurs passionnés, Evelyne et Jacques Deret, l’initiative est singulière car elle ne vise pas à promouvoir une collection ou une vision personnelle, mais à faire connaître et valoriser le travail d’un artiste. La démarche novatrice consiste à montrer dans un lieu privé, pendant une dizaine de jours, le meilleur du travail d’un artiste grâce à l’exposition conjointe d’oeuvres emblématiques prêtées par des collectionneurs et de travaux plus récents présentés par sa galerie. Le projet Art [ ] Collector replace le collectionneur au centre du processus de diffusion et de valorisation de la création actuelle. Collectionner pour partager… l’ambition est, à terme, de construire une vaste communauté de collectionneurs de tous horizons, engagés dans le soutien aux artistes français.
Share This